Quand le voyage arrive à sa fin.

Ca faisait longtemps que je n’avais plus partagé des histoires, allez, je m’y mets !

Après avoir travaillé dans un magnifique parc près de Alice Springs dans une homestead j’ai pris la décision de… rentrer en France pour Noël ! Grande décision, mais depuis le temps que j’y pense. Ce retour, commencera le 12 octobre de Melbourne à Istanbul en avion (imaginez vous, faire en 24h ce que j’ai fais en deux ans).En plus de ça, j’ai appris par hasard il y a quelques jours, par ma mère, que j’ai un cousin que je ne connais pas à Istanbul !

Revenons à l’Australie. J’ai donc fini de travailler pendant deux mois (qui m’ont paru deux ans) dans cette homestead non loin de Uluru, prononcé en français ça fait moins classe qu’en anglais,il faut le prononcer de cette manière : «Oularoou». Si tu ne le dis pas comme cela les australiens te regarderont comme un alien ! Dans cette homestead, j’y ai été durant les mois de juillet et août, vous devinez ? Les grandes vacances scolaires  d’été française ! Ce que j’ai oublié après des longs mois de vadrouille (j’ai toujours rêvé de dire ça). Donc 95 % de familles françaises avec en moyenne deux adolescents, en général très heureux d’avoir la Wi-Fi, qui finalement ne marche pas, parce que oui en plein désert vous rêvez les enfants… La première question des francais était à  95 %: « Ils sont où les kangourous ??? ». « Ce soir dans vos assiettes au menu du restaurant dans vos assiettes ! C’était ma blague préférée pendant 2 mois. Ils rigolaient une fois sur deux… Où alors : « Mais comment vous avez atterri là ??  » Malgré tout, beaucoup de français m’ont invité chez eux, ça c’est chouette, des toits en plus🙂 Après ces deux mois de pur bonheur dans le désert, je profite d’un voyage gratuit de Alice Springs à Adélaïde. Bien entendu rien n’est jamais facile en voyage et nous tombons en panne au milieu de rien, vraiment rien du tout… Mais heureusement nous étions à 20 km d’une station essence, on repars, sain et sauf.
Je suis heureuse, en ce moment, je revois enfin la mer ! Je suis en couchsurfing chez un ancien voyageur à Adelaide nommé James. Avec lui et un de ses amis, je décide de repeindre mon vélo… de toutes les couleurs ! La photo suivra.

Je décide de pédaler sur la côte en suivant l’océan, plutôt que de traverser seule un désert. Je n’ai pas envie seule, pas maintenant.

Je suis partie d’Adélaïde il y a dix jours environ (pour ceux qui sont nuls en géographie comme moi autrefois, c’est au sud de l’Australie, sortez vos atlas !). Après avoir souffert de la pluie, je décide de faire du stop et d’aller plus rapidement à Melbourne. Dans la station essence de la magnifique ville ou village du nom de « Robe », je vois un prospectus sur la fête de la bière dans ce village. Je décide d’y revenir en espérant trouver un job en échange d’un lit en attendant le soleil. Je trouve un hôtel qui m’accepte gratuitement quelques jours en échange d’aider la femme de ménage le matin. Je repars, le soleil est là avec un « ÉNORME » vent de face et du sable (la plage c’est beau mais pas en vélo). Donc là, je me suis mise juste à pleurer sur le bord de la route, inquiétant les seuls automobilistes du coin. « Oui oui, ça va, je déteste juste le vélo mais tout va bien ! » Je n’arrive plus à trouver de l’énergie et pleure toutes les larmes de mon corps. Grand questionnement sur la raison qui m’a poussée là, comment je peux arriver à un tel point de souffrance physique et mentale ?
Le soir j’arrive dans la ville de Beachport, je demande à quelqu’un un endroit safe (où je serai en sécurité) comme tous les jours, mais dans ma tête c’est directement : « Tu as de la place chez toi, s’il te plaît pour une pauvre française qui a peur du noir ?  » Je pense qu’après m’avoir apporté sur une plage loin de la ville, il a compris mon message et m’a laissé dans le garage du barman. Ca c’est réussi, bonne nuit !
Le lendemain matin alors que je pensais mettre mon vélo dans la voiture d’une amie qui vas à Melbourne, je croise un cycliste Australien. Cela me motive a remonter sur mon vélo alors je le suis jusqu’à Mount Gambier. Son nom c’est Graham et il est selon moi, le sosie de Brice de Nice, je vous jure ! Raison de plus, il fais du surf. Bref, arrivé à Mount Gambier on se sépare, il veux aller plus loin et moi je n’ai juste plus d’énergie donc on se dit au revoir autour du fameux Blue lake. Je dessine, dors, envoie des demandes sur couchsurfing et propose de faire de la french food comme à mon habitude (çaa marche toujours) sauf qu’aujourd’hui pas de réponse…
16h, il est temps de partir en mission, trouver un toît gratuit pour la nuit. Seule, j’admets c’est plus facile. Je me lève, escalade la barrière derrière moi (oui c’était interdit d’être la où je suis) en étant sur d’être seule et puis j’entends : »Helloooo how are you ? »😀
Ca c’est Loïs, ma nouvelle future maman qui prends soin de moi en ce moment avec son mari. On joue du piano, fait un feu de bois, joue aux échecs,mange des tacos…La vie redevient belle et pleine de jolie surprise en un instant, il n’en fallait pas plus pour retrouver mon sourire. J’ai hâte de vous raconter la suite. Je vais mettre quelques photos et une vidéo suivra quand je rentrerais en France dans 3 mois ! Surprise.

J’ai oublié de parler de quelque chose d’important ici en Australie, les animaux ! Car oui, il y a des animaux qui débarquent devant vous mais vous ne savez pas ce que c’est ! Sauf les kangourous. Il faut savoir qu’il y a aussi des lamas et des chameaux. Et d’autres que j’appele les non-identifiés.

Les photos, les photos  !

»Ville de Mount Gambier

»Chemin qui fait presque rêver !

»Chez le barman, ha, et je précise qu’on m’as apporté chez lui sans lui demander…

»Pétage de plombs.Vent qui me déteste.

» ???

»À Robe je rencontre le french du village, Thomas qui est cuisinier, boulanger, photographe…en Australie tu peux tout faire !

»Ma pote qui me fait coucou. Je suis devenue célèbre après cette photo.

»Deuxième fille en solo que je rencontre. René l’anglaise.Elle a pédalé seule d’Angleterre jusqu’ici ! Vive les aventurières !

»Mon hôtel gratuit et lieu d’observation des baleines.

»Ville de Robe.

»Ha, un voilà en vrai.. un wallou, walli ou quelque chose dans le genre.

»Une raison de plus pour pleurer.Pousser 50 kilos dans le sable sur 3 km, mais ca en vaut la peine non ?

»Un autre voisin. Et bien ils sont là les kangourous !

»Lavash, pain offert par des Kurdes rencontrés la veille. J’en ai eu deux paquets.

»Choix numéro 1: Foncer le plus vite possible en espérant ne pas tomber.

Choix numéro 2: Enlever ses chaussures et y aller tranquille. Quelle solution je choisis ?😉

»Parc national de Coorong.

»Surprise ! Après des chameaux, des lamas !

»L’inconnu.

»Un selfie après la montée de la photo précédente, j’avais pas vraiment l’envie de sourire en fait…

»Chez mon couchsurfing à Adélaïde. Olympos est beau maintenant.

»En départ d’Adélaïde. Du soleil, une piste cyclable, pas de camion, tout ce que je ne connais plus en ce moment.

»Le bonheur.

»En panne, mais on gère.

 

 

574 jours plus tard..

Toujours en Australie ! Et ce, depuis deux mois maintenant.

Partie de Darwin, je me suis arrêtée sur la route à « Katherine », village à deux rues, ou presque tout le monde se connait. Je multiplie les petits boulots.                                                Un jour dans un supermarché comme caissière ( c’est suffisant… ), deux semaines dans la construction métallique ( oui ! oui ! je vous jure ! ), puis une semaine à déplanter et déplacer des arbres dans une propriétée privée. Et puis, je rencontre, pour la première fois de mon voyage, une allemande seule en vélo à Woolworth ( grand supermarché en Australie). Heike a 40 ans passé et elle  a fait presque la même route que moi en passant par l’Asie centrale, et les mêmes personnes nous ont hébergées sur la route !                             Ce qu’elle souhaite, c’est garder sa liberté  en voyageant le plus longtemps possible.

Nous partons donc ensemble jusqu’à Alice Springs !

Nous décidons de rouler jusqu’à Uluru toutes les deux, puis elle roulera jusqu’à Adélaide via la route « Oodnadatta track », une route de terre presque déserte sur 2 000 km.

Sur la route, dans le parc national, MacDonnell, en direction de Uluru, nous nous  arrêtons dans une homestead (sorte de station qui fais hôtel, camping, station service et restaurant au milieu de nul pars). J’aime bien l’endroit donc je décide de donner mon CV et  cela tombe bien, il recherche du personnel ! Je suis donc embauchée pour deux mois ou plus à « Glen Helen homestead » ! Deux mois de pause, à travailler dans un bel endroit. Nourriture et hébergement compris., que demander de plus ?

Je met quelques photos, qui illustreront mieux mes paroles.

DSC02221 > Toute la nuit j’entend du bruit, j’ai peur. Je me réveille et cherche, je tombe sur ces chevaux sauvages.

DSC02122>Une belle rencontre sur la route., Adrienne qui voyage avec son van (à gauche et à droite mon amie Heike).  Adrienne, nous  l’avons rencontrée un soir, par hasard, à un campement, il pleuvait et le lendemain elle nous a aidé et proposé de nous prendre dans son van, avec nos vélos. Nous avons partagé  une journée sur  la route avec elle.

Une artiste.

DSC02066>Là, où je travaille.

DSC01781>Sur la route direction Alice Springs.

DSC01696>Mon amie Heike et moi.

DSC_3240>Sur la route. DSC01384>Job dans la construction métallique à Katherine.

DSC01396>Non loin de Katherine, une journée de repos…

DSC01431

DSC01449>Job pour déplanter et replanter des arbres.

DSC_3222>Adrienne, une amie de la route.

DSC_3215>Parc national MacDonell.

DSC_3200> Ochre pits.

DSC_3173>Sur la route de Alice Springs à Uluru.

DSC_3129>Campement de fortune.

DSC_3243> Route de Alice Springs à Uluru.

 

 

De retour à un pays occidentalisé… l’Australie !

Oui, enfin des nouvelles🙂 !

Après avoir voyager avec Elodie (ma sœur) en Indonésie, je me suis enfin envolée de Djakarta pour l’Australie, c’était le jeudi 12 mai !
A l’aéroport de Darwin, il a fallu que je remonte mon vélo (démonté pour voyager en soute). Il était 22h00, un chauffeur de taxi me regardait curieusement …je lui ai raconté mon aventure et il m’a invité chez lui !
Après cela, je suis partie de Darwin pour Katherine.
La chaleur et les routes droites m’ont épuisées et j’ai malheureusement à nouveau crevé:/ …des clous et du verre de partout ! J’ai du donc faire de l’auto stop, et c’est un énooooorme super camion qui m’a emmené !
J’ai obtenu un visa de travail d’une durée d’un an et je suis donc, en ce moment à la recherche d’un job dans une ferme. J ‘ai vraiment hâte de travailler🙂
Toujours pas vu de kangourou à l’horizon, mais par contre des supermarchés en forme de « steack », ça oui et sinon je me suis faite réveillée par un opossum (genre de petit renard comme dans le film l’âge de glace !) en logeant dans un garage chez les locaux, J’ai super flippé….
J’ai aussi rencontré un cycliste anglais à Darwin et nous avons eu l’idée de formé un groupe de cycliste et de partir en juillet, à à plusieurs en direction de la côté ouest🙂
Je n’ai pas envie de traverser toute seule l’Australie, et ce sera beaucoup plus plaisant à plusieurs !

DSC01208

DSC01216

DSC01217

DSC01219

DSC01225

450 jours après… en Thaïlande !

Bonjour les followeurs !🙂

Désolé de ne pas vous avoir donné plus de nouvelle ces derniers temps ! Je profite à fond du moment présent et partage un peu moins toutes mes aventures. Promis, je vais essayer de publier de nouveaux articles sur les pays que j’ai traversé après la Turquie, mes aventures et toutes mes belles rencontres🙂 !

J’ai roulé avec Mélanie, une française partie en vélo seule depuis la France que j’ai motivé et nous nous sommes  rejointes au Kazakhstan et  avons fait la route ensemble jusqu’au Laos ! Nous avons roulé à travers la Chine. « Essayé » serait plutôt le terme exacte, car nous avons esquivé les tempêtes de neige et de vent comme nous pouvions, en faisant du stop, en prenant le bus ou le train ! ( Train de 48 heures de Urumqi à Chengdu, je m’en souviendrai ! ).  La vidéo est en cours de traitement. Nous nous sommes cependant dit au revoir au Laos à Vientiane, fin janvier, elle a décidé de rentrer en Europe car elle a trouvé l’Amour sur le chemin🙂.  Un au revoir difficile, car la dernière nuit où nous avons campé proche de l’aéroport, je me suis faite volée ma sacoche de vélo avec mon passeport, mes cartes bleues et quelques affaires personnelles… puis dévorée par les moustiques jusqu’au matin…  Un conseil : ne pas faire de camping sauvage dans une capitale, même si ça a l’air d’une capitale tranquille. Cependant, je préfère garder dans ma mémoire, la beauté des paysages, la tranquillité des routes, et le sourire des habitants. Il faut savoir qu’au Laos, 99 % des voitures sont des pick-ups et que le permis s’achète ! Il faut faire TRÈS attention aux conducteurs.

Sur la route au Laos, je suis tombée sur un autre voyageur par hasard, français aussi, et nous avons roulé pendant un mois, jusqu’au sud de la Thaïlande.

Je suis actuellement en Thaïlande depuis 40 jours et je fais du workaway, c’est un travail contre l’hébergement et la nourriture 100 % bio. C’est une super  famille qui m’accueille dans un petit village près de Nakhon si Thammarat proche de « Promlok ».  .

Dans moins d’un mois ma sœur, Elodie, me rejoins à Kuala Lumpur pour rouler avec moi jusqu’à Jakarta, j’ai tellement hâte… !

Après cela, soit je vais en Australie pour faire un working-visa puis je continue en Nouvelle-Zélande, soit… le hasard qui fais si bien les choses me guidera ! :)

A très bientôt pour plus de nouvelles.

Merci de me suivre, des bisous❤

Je vous ai écrit en me faisant attaquer par des mouches et des moustiques, aujourd’hui pique de 40 degrés en Thaïlande !

12476619_990046307699628_2117765204_o > Mon workaway en Thailande !

 

P1080205>De l’auto-stop pendant 6h dans une voiture à 180 km/heure.

 

P1080459>Sur la route en Thaïlande, que du bonheur !

 

P1080583>Pause de 4 jours sur une plage cachée en Thaïlande.

 

P3122306> Magnifique vue à Promlok, à mon workaway.

 

>J'irais dormir chez vous >J’irais dormir chez vous.

 

>Je me fais invité et en plus on me prête un scooter, elle est pas belle la vie ?😉

 

>5 jours sur une plage abandonnée à faire comme robinson crusoé.                                    Noix de coco et papaya au menu !

 

> Plus d’un an de voyage, ça mérite du nettoyage !

 

> Cabane en bois, qui sert plus comme seconde maison aux cyclistes.

 

> Vue depuis notre balcon à Bangkok, invité par les locaux !

 

 

 

 

 

 

 

 

De la télé et des journaux à Bishkek !

Voila, j’ai enfin mon visa chinois. Je vais enfin atteindre la Chine, je n’y crois pas ! C’est génial !

Une amie, qui pédale aussi depuis la France, me rejoindra dans une semaine à Almaty au Kaskahstan. Nous allons continuer cette aventure ensemble. Le voyage sera bien différent.

Je suis en couchsurfing à Bishkek chez des indiens  (j’ai de la chance d’avoir des plats indiens, bien épicé !) Mon couchsurfeur « Sandeep » joue dans un groupe de rock. J’ai pu assisté plusieurs fois aux répétitions. J’ai rencontré un de ses amis « Vadik » qui m’a trouvé quatre interviews et qui me cherche des sponsors dans la capitale.

Je partage avec vous les liens. Depuis, je suis envahie de messages sur facebook et j’ai une demande d’interview pour une radio local dès    demain ! C’est super des gens merveilleux comme ça🙂 Et si vous pouvez me donner un petit « j’aime » sur facebook ça me ferais super plaisir ! (happiness’sample site web local voyage)

Liens :

1ère interview en live dès 6h du matin. Je suis pas très à l’aise, vivement la prochaine !

 

Une interview :

http://www.vb.kg/doc/329885_molodaia_francyjenka_pribyla_v_kyrgyzstan_na_velosipede.html

Une autre ici :

http://zanoza.kg/doc/328748_na_pyt_iz_francii_do_kyrgyzstana_y_velosipedistki_yshel_pochti_god.html

 

 

 

12283168_1088034041220447_1366298575_n>Seconde interview. Le lien pour voir la vidéo est plus haut.

12309594_937226566369639_8928865482530047679_o

Interview en live, ça rigole plus..!

 

Photo du 27-11-2015 à 18> Visa chinois !