Pleins d’histoires, trop d’histoires, mais qu’est-ce que c’est fun !

J’attends mon visa iranien à Trabzon en Turquie et je m’ennuie d’attendre ! Et si je profitais de passer quelques jours en Géorgie en stop  ? Let’s go !

JOUR 1 : Arrivée en Géorgie

Mes nouveaux gentils voisins en Turquie m’ont prêté une énorme maison.     Ils acceptent ensuite de garder mon vélo pendant mon petit road trip en Géorgie. Je pars avec facilité en auto-stop. Dans ce pays, 100 % des gens qui me prennent sont des hommes, les femmes aux volants, c’est rare. Je suis embarquée par 3 gars sympas mais lourds… Je m’arrête sur ma route au Monastère de Sumela. Un des gars me suit lorsque je pars dans un petit chemin, de quoi me stresser pendant quelques minutes, en fait il voulait m’inviter chez lui…

Je me fais ensuite inviter au restaurant et je rencontre une famille franco-turque qui m’emmène en stop au village suivant. Je suis serrée entre la grand-mère, qui prie, et une des filles collées à son smartphone. L’échange est donc impossible. La grand-mère ne parle pas, elle crie ! Une fois sortie de la voiture, je continue ma route. Puis je fais un bout de chemin avec un camion, le chauffeur s’arrête étrangement au milieu de nul pars, le jeune, qui était assis entre le camionneur et moi, sors escalade le toit du camion pour revenir avec des cerises, super sympa ! Ensuite, il me propose de m’emmener plus loin avec son scooter, sans casque bien sûr, alors cheveux aux vents !

Il m’invite à manger comme 99 % des conducteurs, j’accepte car j’ai tout mon temps. Finalement, je vais passer la soirée avec les garagistes de la ville de Rize, et rencontrer un super turque. Le lendemain je repars vers 16h et je tombe sur un vieux dégueulasse, c’est-à-dire le genre de vieux en BMW qui me demande de l’embrasser, vous voyez le tableau ? Du coup, je sors immédiatement et je vois un camion avec une plaque d’immatriculation française ! Je lui fais des ENORMES signes avec un graaaand sourire ! Je vais pouvoir parler avec quelqu’un en Français ! Parce que oui, ici les gens parlent uniquement le turque ou parfois, le russe ! Du coup, je fais de nombreux dessins pour me faire comprendre. Mais en fait, ce n’était pas un Français, c’était un Bulgare… Super gentil camionneur et qui finalement me dépose à la frontière en Géorgie ! Certes, certains hommes tentent leurs chances et  je me suis décidée de ne plus prendre de camion, la dernière expérience fut très déplaisante, mais dans 90 % des cas, je rencontre des supers personnes en auto-stop, il faut juste savoir dire non !

Arrivé à la frontière, je dois descendre du camion et je tombe en même temps avec environ 200 jeunes en sac à dos avec leurs tentes toutes neuves, tous très fiers et et je suppose que c’est leur 1er voyage…Pas de bol, je dois alors patienté. Une fois la frontière passée, je suis prise en 5 minutes par une famille russe qui habite à Batumi. En Géorgie, la plupart des touristes sont principalement russes. Batumi, c’est un peu comme  Las Vegas, une ville parfaite avec des Mac’Donalds nouvelles générations, hôtels de luxe et j’en passe. Ville trop « parfaite » pour moi !

Puis un autre conducteur m’escorte à 150 km/h, avec la musique à fond jusqu’au centre-ville, pour me faire plaisir ! Il me donne sa carte professionnelle au cas où je ne trouve pas d’hébergement. Car en fait , je suis un peu SDF au final ! Je ne sais jamais où je vais dormir, mais c’est ça qui est génial et que j’aime. Après cela, je vais squatter un bar pour me connecter à le wifi. Je ne sais pas comment, mais en moins de 10 minutes, je me retrouve entourée de Géorgiens en famille qui me regardent bizarrement, avec un groupe traditionnel en train de jouer. Le son bien assez fort pour que je sois un peu plus sourde, c’est surprenant mais sympa. On me donne gratuitement un plat typique avec de la limonade à la poire. Je goûte au fameux « Khatchapouri » , une sorte de pain remplit de fromage, c’est bon mais c’est super gras ! Et j’ai eu le privilège de manger  ce plat tous les jours !

Photo du 02-08-2015 à 01

Je suis ensuite invitée par le même barman à boire des bières, trop de bières ! Je me limite à deux, car je suis vite fatiguée en voyage. Il m’offre aussi une bague pour ne pas que je l’oublie. Il m’explique qu’il n’aime pas les Russes à cause du conflit de 2008, deuxième guerre d’Ossétie du Sud. Il me montre ses cicatrices aux bras. Il ne parle pas l’anglais, donc difficile de se faire comprendre. Il me propose de m’héberger mais je préfère aller à l’auberge de jeunesse et je suis escortée par un jeune homme très bourré. J’arrive donc à l’auberge. Ha, là, là… parce qu’en Géorgie ce n’est plus le thé comme en  Turquie la boisson de l’hospitalité mais de la vodka ! Et ils aiment boire les Géorgiens !

JOUR 2 : Rencontres sympa

Le matin surprise ! Le monde est vraiment petit , je croise dans cette auberge cet ami français qui va aussi en Chine en vélo avec qui j’ai campé en Grèce et aussi cette fille russe que j’ai rencontré dans la forêt au gathering rainbow ! (voir les anciens articles). Je fais aussi la connaissance de ce couple américain qui voyage en vélo. Nous nous donnons rendez-vous à un magnifique lac à environ 100 km de Batumi. Je repars seule  en stop et eux à vélo. Un bus me prend gratuitement et je réalise que je ne prends jamais les transports en commun et c’est quelque chose à faire. Ce sont des mini-bus où le jeux est d’entasser le plus de personnes à l’intérieur, rentabilité ! Et un gars sort de je ne sais pas où avec une vieille chaise en bois pour remplir le peu d’espace restant ! En fait ici, tout le monde fait un peu taxi et vous donnez ce que vous pouvez. L’entraide quoi ! Ce que nous ne connaissons plus ou pas beaucoup en France où dans nos pays riches.

Le mini bus s’arrête et je trouve le coin plutôt sympa donc je descends. Je suis le long d’une rivière entre deux montagnes, c’est vert, très vert ! Que c’est beau ! J’essaye de dialoguer avec les locaux même si je sais que personne ne parle l’anglais, juste pour le fun. Un gars du village qui parle l’anglais viens à ma rescousse ! Il me demande ce que je cherche et je lui dis l’inattendu ! Dans les minutes qui suivent, je suis déjà invitée à boire de la vodka ! Après cela, le jeune homme nommé « Beso » m’invite à un resto assez chic puis prend sa journée pour me faire découvrir les plus beaux endroits, nous finissons cette journée autour d’un feu de bois. Ce soir là, je suis hébergée par une femme du village, tout se fait normalement comme si j’étais attendue ! C’est juste le deuxième jour en Géorgie ! Alors un an de voyage cela en fait des aventures enrichissantes et surprenantes à vivre et à vous raconter !

JOUR 3 : À la recherche de ce fameux lac

Voilà, je repars de ce charmant village et quitte ce charmant jeune homme ! Je décide de marcher mais toutes les voitures s’arrêtent pour me proposer de m’emmener plus loin, mais je décide de continuer à pied jusqu’à ce que la chaleur me pousse à tendre le pousse ! Arrivée au dernier bout de route en béton, un village. Un policier fait du stop avec moi (normal !). Nous montons dans une camionnette et encore une surprise m’atends : je recroise mes deux amis en vélo. Nous embarquons tous dans une camionnette et nous montons en haut de la montagne. Des gens montent et d’autres descendent… Il n’y a pas vraiment de route, mais un vieux chemin en terre. Arrivés en haut, nous nous donnons rendez-vous au lac. Je me sépare à nouveau de  mes amis en direction de ce lac à pied. J’entame une longue marche et me retrouve au milieu de la nature avec d’énormes maisons anciennes en bois. Il y a des vaches un peu partout. Je croise aussi 3 drôles de tchèques qui me disent de faire attention aux ours ! À peine ai-je dit bonjour aux habitants, je me retrouve les pieds sous la table à manger des plats traditionnels, fromages, pains et cuisine 100 % faite maison. J’ai l’impression d’être 100 ans en arrière! C’est tellement rustique ! Ce voyage et ces rencontres me surprennent de jour en jour. Je repars avec 4 kilos de nourritures, c’est gentil, mais c’est lourd ! Je marche 3 longues heures pour me retrouver au fin fond de la forêt, mais pas de lac en vue, seulement des maisons isolées. Je décide d’aller à la rencontre des habitants et leur demander de l’aide mais mauvaise idée car évidemment  personne ne parle l’anglais. Je suis entourée d’énormes femmes qui parlent comme des fermières et des enfants qui me rigolent dessus dès que j’essaye de les comprendre, cela commence à m’ennerver. Ils ont beau insister pour que je reste,  je veux trouver ce lac. Je repars donc au coucher du soleil, escalade une sorte de colline/montagne, mais aucun lac en vue. Je passe donc la nuit seule au milieu de ce parc. Je n’ai plus vraiment le choix !

JOUR 4 : Ce Lac !

Au lever du soleil, je suis face à ce lever de soleil, juste moi et cette incroyable nature, je me sens bien…

Photo du 29-07-2015 à 05.58 #2

Photo du 29-07-2015 à 05.58

Je dois continuer à marcher. Je prends quelques risques et finis par arriver à ce lac exténuée vers 8h du matin, mais pas d’amis en vue…

Photo du 29-07-2015 à 08.22

Je repars une énième fois. Je longe les collines et les villages. Je retrouve enfin mes amis dans un cabanon en bois le long de la route. En fait, l’anglaise nommée Julia, qui voyage avec mon ami était malade et mon ami est parti à ma rencontre  le jour d’avant et à entamer une longue marche toute la nuit pour me retrouver à ce lac… Il a dormi chez une famille et a fini malade à cause du fromage ! Pendant ce temps, Julia c’est retrouvée seule avec les gars qui buvaient de la vodka ! De l’aventure !

Le soir même, nous campons tous les trois puis nous nous quittons le lendemain.

JOUR 5 : Dernier jour !

Sur la route, je repars la première dans un camion de l’après-guerre et me fais offrir à boire et à manger, cela m’et proposé presque avec toutes les voitures !

Photo du 01-08-2015 à 21

> Camion de l’après-guerre. Quand le conducteur m’a vu, il m’a apporté des nouvelles feuilles pour que je lui dessine son camion et à boire pour la récompense !

Photo du 01-08-2015 à 21auto stop

>Dernière voiture jusqu’à Trabzon. Deux jeunes étudiants sympas.

Photo du 01-08-2015 à 21maison

>Sorte de boutique où vous pouvez trouver tout et n’importe quoi. J’ai trouvé un taille crayon d’ailleurs !

Photo du 01-08-2015 à 21wdw

> Maison typique sur le long de la colline.

J’arrive un jour après à Trabzon pour reprendre mon vélo. Je suis fatiguée. Comme j’ai une bonne étoile, je croise ce jour-là, un gars qui m’invite dans son hôtel.

Voilà, j’ai plus qu’à attendre mon visa pour l’Iran. Ça me paraît interminable d’attendre car dès que je me déplace, chaque journée est remplie de nouveautés et de surprise.

En conclusion de ce petit road trip en Géorgie, je suis surprise, encore et encore. La ville et la montagne, c’est deux mondes qui s’opposent. L’hospitalité est partout, parfois c’est beaucoup trop ! On me disait que c’était dangereux et pourtant, je vais très bien ! Il faut voir et expérimenter la réalité et ne pas s’arrêter sur les « on dit » !

Carte de mon trajet :

Capture d’écran 2015-08-02 à 10.56.16