DE MENTON JUSQU’À FLORENCE.

Capture d’écran 2015-01-13 à 19.25.51

Mardi 13 janvier, 670 km, un pays, des lieux, des rencontres.

Arrivée à Florence, je compte mes kilomètres, 625 en deux semaines !
Je vais essayer de ralentir un peu la cadence. Maintenant que le moral va mieux, ce sont mes jambes qui commencent à me faire souffrir !

Après ces deux premières semaines de voyage, je suis plutôt satisfaite et je commence enfin à apprécier.
J’ai passé un cap douloureux de solitude, qui m’a imposé une remise en question, qui m’a fait me demander ce que je faisais là :
– Que fais-tu seule sur ce vélo, à aller vers un endroit que tu ne connais pas et à rencontrer des gens…

Avec un peu de recul, des cris, des pleurs, du temps et de la réflexion, cela m’a permis de connaître mon envie, mes envies ! À partir de là, une autre étape du voyage a commencé, celle de la découverte des autres !

La solitude est en fait un voyage vers soi.

Dans ma vie d’avant, ma vie « active », chaque moment de vide, je le remplissait en rencontrant du monde, en écoutant TOUJOURS de la musique, pour ne pas laisser place à la solitude, et puis maintenant je ne peux plus vraiment la combler, et j’ai commencé à l’apprivoiser et à ce qu’elle me soit bénéfique. Profiter de tout ce temps libre, pour penser, rencontrer, et encore penser.

Quand je pédale, j’ai le temps de penser et il y a eu un moment qui fut très difficile mais des petits rien peuvent tout faire basculer : comme ce moment où je demande au serveur, dépitée, où dormir et il m’invita tout naturellement chez lui, ou bien cette autre fois, assise par terre, deux petits garçons qui sont venus s’asseoir à côté de moi… C’est ce genre de petites choses, toutes simples qui me motivent à continuer et me font apprécier ce voyage, la vie !

 

 

 

ANECDOTES

Il y a ce moment où je dormais dans le jardin d’un vieux monsieur. Le matin, je me lavais les cheveux à l’eau froide, et il me regardait à travers la vitre de sa maison tout ébahi. Quelques minutes plus tard , il m’apportait un sèche-cheveux !

J’ai été hébergée par un gentil serveur, qui m’offrit une rose dans une grosse boîte. Je fut très touchée.

 

Écrit le 13 janvier 2015.